Approche et méthodologie

L’initiative BIOFIN est guidée par un comité de pilotage, intégré par les représentants des partenaires, BIOFIN travaille dans deux domaines principaux :

  1. Développement d’un nouveau cadre méthodologique guidé globalement

Ce nouveau cadre méthodologique, est un processus d’élaboration, qui vise la mise en œuvre d’une analyse intégrale, dite «bottom-up » au niveau national. Cette dernière permettra de connaitre le contexte est nécessaire pour avoir un financement approprié.

Ainsi, grâce à ce cadre méthodologique, il sera possible de : déterminer le courant / référence de la biodiversité, quantifier le coût total de l’atteinte des objectifs nationaux pour la conservation de la biodiversité et le déficit de financement qui en résulte. Il sera également possible d’évaluer l'adéquation des mécanismes financiers et le développement de stratégies nationales de mobilisation des ressources.
Les méthodes utilisées dans le projet seront renforcées par l'apprentissage régional et mondial, et seront, ainsi mis à la disposition du public ultérieurement.
 

2. Adaptation et mise en œuvre de ce nouveau cadre méthodologique au niveau national.
 

Pour aider les pays à mettre davantage l'accent sur la diversité biologique et, par conséquent, réduire le déficit de financement. Le travail national sera dirigé par, le Ministère de l’économie et des finances, le ministère de planification et le ministère de l’écologie et de l’environnement (ou leurs équivalents). La mise en œuvre du cadre méthodologie sera ainsi faite à travers l’articulation des éléments suivants:

1. L’analyse de l'intégration des services de la biodiversité et des écosystèmes dans la politique sectorielle, la planification du développement et de la budgétisation
Les pays participants analyseront la politique actuelle et les cadres institutionnels qui affectent la biodiversité et les services éco-systémiques. Cette analyse devra inclure les aspects positifs et négatifs et quantifier les investissements connexes, par les biais d’examens complets des dépenses publiques et privées, passées et actuelles (ligne de base). L’analyse de l’impact, l'efficacité et la cohérence sont des points clés pour l'intégration de la biodiversité et des services eco-systémiques dans les politiques sectorielles et dans leurs planifications, ils viseront ainsi à réduire le coût de gestion de la biodiversité, par la suppression des incitations perverses par exemple.

2. Évaluation des flux de financement futurs, des besoins et des carences de la gestion et de la conservation de la biodiversité et des services éco systémiques.
Les pays participants au projet devront: prédire quel est l'investissement prévu pour l'avenir de la biodiversité, et déterminer ce qui est nécessaire pour répondre aux priorités nationales qui reflètent la performance des buts d'Aichi de la CDB.
Ce processus est effectué sur la base et l'interaction des SPANB, et en tenant compte de la rentabilité et des effets d'un environnement plus favorable. La différence entre l'investissement dans l'avenir et l'investissement nécessaire permettra la quantification de l'écart de financement.


3. L’élaboration des stratégies nationales pour une large mobilisation de ressources dans le but de combler le déficit de financement de la biodiversité
Suite à l’évaluation de l'ensemble des mécanismes de financement possibles (traditionnels et novateurs, nationaux et internationaux), chaque pays participant élaborera une stratégie pour combler l'écart de financement. Cette stratégie devra combiner les mécanismes les plus appropriés et adaptés à l'échelle nationale. En outre, elle devra : analyser les opportunités, les risques et les obstacles existants et notamment liés à la mise en œuvre de ces mécanismes ; elle devra également fournir des solutions et des recommandations sur l'environnement propice et les garanties qui seront nécessaires.


4. Le lancement de la mise en œuvre de la stratégie de mobilisation des ressources à l'échelle nationale
Les pays participants commenceront avec la mise en œuvre des recommandations sur : un sous-ensemble de mécanismes de financement prioritaires identifiés, des questions telles comme les exigences institutionnelles, la modification des lois et règlements, l’adoption des taxes, l'identification des seuils légaux , l’élimination des incitations perverses, la réalisation de plus d'études de faisabilité et des plans de mise en œuvre , la mise en œuvre des processus de certification, la constitution des partenariats public - privé , des accords volontaires , etc.
 

BIOFIN produits et procédés

Les outils développés par BIOFIN seront appliqués dans les 42 pays où le PNUD soutient le développement des SPANB de «nouvelle génération», et mis à la disposition de toutes les Parties de la CDB à travers le FORUM des SPANB. Ce forum est coordonné par le PNUD, en collaboration avec le WCMC du PNUE et la CDB qui collaborent continuellement.
BIOFIN travaille aussi, en étroite collaboration, avec TEEB et WAVES , en particulier au niveau national dans les pays où il y a des chevauchements.