Partenaires et donateurs

Flamingos

BIOFIN est administré par le PNUD, en collaboration avec la Commission européenne et les gouvernements de l'Allemagne, de la Suisse, de la Norvège et de la Flandre . L’initiative d’un montant de 28 millions de dollars fut lancée en octobre 2012 et se poursuivra jusqu'au décembre 2018, grâce aux efforts déployés pour l'étendre. Un fond supplémentaire de 3,1 millions de dollars a été fourni par le FEM afin de financer plusieurs projets qui sont mis en œuvre par le PNUD dans les pays participants au BIOFIN. Ces projets visent à aider les gouvernements nationaux à réviser leurs stratégies et plans d'action pour la biodiversité ( SPANB ), à assurer le financement durable des aires protégées, et à établir des mécanismes de paiement pour les services éco-systémiques.


La Commission Européenne

Les politiques de développement de l'Union européenne sont menées par la Direction générale de développement et de la coopération – EuropeAid. Cet organisme est responsable de concevoir les politiques de développement de l'UE et fournir de l'aide au monde, à travers des programmes et projets. EuropeAid fournit une aide par le biais d'un ensemble d'instruments financiers avec pour avantage la garantie de la qualité de l'aide de l'UE et son efficacité. Il favorise la bonne gouvernance, le développement humain et économique et la lutte contre des problèmes universels comme la lutte contre la faim et la préservation des ressources naturelles.
Plus d'informations peuvent être trouvées sur le site Internet d'EuropeAid

Ministère fédéral allemand de l‘Environnement, de la Protection de la Nature, Construction et de la Sécurité nucléaire

Le Ministère est responsable des politiques pour la protection du public des toxines environnementales et le rayonnement.
Ainsi il met en place des actions qui garantissent l’utilisation intelligente et efficace des matières premières, l'action climatique et la promotion de l’utilisation rationnelle des ressources naturelles en conservant la biodiversité, en donnant une sécurité aux habitats ainsi qu’en créant de standards pour garantir la qualité du logement et l’intégrité des villes. Le ministère élabore le cadre juridique pour les domaines relevant de son mandat, fournit des fonds pour la recherche et le  développement, soutient le lancement de technologies innovantes du marché, supervise la coopération nationale et internationale et informe le grand public sur ses activités à travers différents médias.
Voir pour plus d'informations le site Web

Le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et des communications du gouvernement suisse

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) est le centre d'expertise de l'environnement du gouvernement suisse. Il fait partie du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication(DETEC). La mission de l’OFEV est de veiller à l'utilisation durable des ressources naturelles, y compris le sol, l'eau, l'air et les forêts. Elle est chargée de minimiser les risques naturels, de veiller à la réduction des risques pour l'environnement et la santé humaine de la pollution excessive, elle protège et agit pour la conservation de la biodiversité. Elle représente la Suisse au niveau international dans tout ce qui concerne la politique environnementale. Plus d'informations peuvent être trouvées sur leur site web

Le ministère norvégien des Affaires étrangères

La tâche principale du ministère des Affaires étrangères est de garantir et promouvoir les intérêts de la Norvège à l'échelle internationale. Les intérêts de la Norvège sont déterminées par des facteurs tels que sa situation géographique dans une zone stratégiquement importante, son économie ouverte, sa position en tant qu'État côtier et l'intendant des ressources marines importantes, et ses vastes exportations de pétrole et de gaz. Plus d'informations sur le ministère peut être trouvé sur leur website.

Le gouvernement de la Flandre

La politique de coopération au développement du gouvernement de la Flandre est aligné avec les cadres de développement mondiaux, tels que les OMD et de la Déclaration de Paris, soutient actuellement trois pays partenaires; Malawi, Mozambique et Afrique du Sud. Plus d'informations sur le gouvernement flamand peut être trouvé sur leur website.

 

Partenaires


BIOFIN travaille avec un large éventail de partenaires pour partager les expériences et d'outils, conjointement organiser et mettre en œuvre des activités, et fournir une rétroaction technique en produits de fond. Voici quelques-uns des principaux partenaires au niveau mondial. Les partenaires au niveau national importants sont présentés dans les sections de pays.

 


 

Le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CDB)


Depuis le début BIOFIN coopère  étroitement avec le Secrétariat de la CDB, en organisant des ateliers conjoints et d'autres événements sur la mobilisation des ressources, tout en partageant les principaux outils et matériels de formation avec tous les pays partenaires de la CDB. A partir de 2015, un nouveau mécanisme de soutien de CDB-BioFin pour les pays qui ne sont pas entré dans le programme BioFin sera déployé.
Le site de la CDB contient tous les documents officiels et les rapports techniques de la convention, et montre les activités récentes et à venir.

   
   

 

OCDE

Le Comité d'aide au développement (CAD) offre un forum où les gouvernements donateurs et les organisations multilatérales telles que la Banque mondiale et le système des Nations Unies des organisations (ONU) peuvent travailler ensemble pour promouvoir la coopération au développement et les autres politiques de manière à contribuer au développement durable , y compris la croissance économique favorable aux pays pauvres, la réduction de la pauvreté, l'amélioration du niveau de vie dans les pays en développement, et un avenir dans lequel aucun pays ne dépendra de l'aide internationale.

Le CAD est également responsable des mesures et surveillance des financements de développement extérieur ciblant la conservation des objectifs environnementaux à travers son Système de notification des pays créanciers (SNPC) en utilisant cinq «marqueurs politiques", "environnement" étant le premier marqueur introduit en 1992, suivi par les quatre autres marqueurs identifiiant les finances ciblée des objectifs de la Convention de Rio. Les quatre marqueurs de Rio couvrent: la biodiversité (introduit en 1998), l'adaptation au changement climatique (introduit en 2010), à l'atténuation des changements climatiques (introduit en 1998) et la désertification (introduit en 1998).

Visitez le site de l'OCDE pour plus d'informations sur les statistiques du CAD. Disponible en ligne: une vidéo d'introduction de 3 minutes, flyers statistiques décrivant les caractéristiques et les tendances clés de la biodiversité et de l'aide liée au climat, les portails de visualisation de données donnant accès à l'information au niveau de l'activité, l'accès au CAD de l'OCDE avec l'ensemble de données, détails sur les définitions et les méthodologies et les publications et les événements connexes.

Pour plus d'informations, visitez: http://www.oecd.org/dac/environment-development/rioconventions.htm

 
   
   


 

L'Initiative Pauvreté et Environnement des Nations Unies (PEI)

Lancé en 2005 par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), l'Initiative Pauvreté et Environnement (PEI) est un programme mondial qui fournit un soutien financier et technique aux pays qui se sont engagés pour lutter contre la pauvreté et promouvoir une croissance durable en intégrant la pauvreté-environnement dans la planification du développement national. PEI met l'accent sur les décideurs gouvernementaux et les  autres parties prenantes pour mobiliser des ressources et prendre conscience de l'importance de l'environnement et la préservation des ressources naturelles pour réduire la pauvreté et améliorer les moyens de subsistance pour ceux qui comptent sur les services écosystémiques pour subvenir à leur besoins.

PEI est financé par le ministère danois des Affaires étrangères, par l'Union européenne, la coopération allemande, le Ministère norvégien des Affaires étrangères, le ministère espagnol des Affaires étrangères et de la coopération, l'Agence suédoise de développement international et le Royaume-Uni.

Pour en savoir plus sur PEI, visitez: www.unpei.org


 
   
   

Système de comptabilité économique et environnementale (SCEE)

Le Système de comptabilité économique et environnementale (SCEE) a été créé dans le but d'intégrer les comptes de l'environnement et économiques pour appuyer la gestion durable et évaluer les politiques environnementales. Conçu avec les normes statistiques internationales, le SCEE peut fournir des indicateurs et identifier les lacunes dans les programmes de développement durables nationaux  renforçant l'importance des actifs de ressources naturelles dans le développement économique d'un pays.

L'approche utilisée par le SCEE pour intégrer les statistiques permet une meilleure gestion dans des domaines clés de SCEE; l'énergie, l'eau, la terre et les écosystèmes. La révision du Système de comptabilité économique et environnementale (SCEE) et sa mise en œuvre est supervisée par le Comité d'experts de l'ONU sur la comptabilité économique et environnementale.                                         

Pour plus d'informations se il vous plaît contacter seea@un.org et voir http://unstats.un.org/unsd/envaccounting/seea.asp

   
   


 

Valeurs (ValuES)

Valeurs est un projet global qui aide les décideurs dans nos pays partenaires à reconnaître et intégrer les services écosystémiques dans l'élaboration des politiques, la planification et la mise en œuvre de projets spécifiques. Ils le font en développant des instruments et des 

formations, fournissant des conseils techniques pour faciliter le processus de prise de décision. Ils favorisent également le partage des connaissances par le biais d'ateliers régionaux et la participation à des forums mondiaux de discussion.

Plus d'informations sur les valeurs et ses activités, visitez: http://aboutvalues.net/

   
   

 

Le Fond pour l'environnement mondial

Le Fond pour l'environnement mondial (FEM) est un partenaire supplémentaire et parallèle qui soutient tous les pays dans l'initiative de la révision des SPANB. Le FEM est un partenariat pour la coopération internationale, dans lequel 182 pays, institutions internationales, la société civile et le secteur privé participent pour résoudre les problèmes environnementaux et les problèmes mondiaux.
Depuis sa création en 1991, le FEM a fourni 12,5 milliards de subventions et ainsi que 58 milliards de dollars pour le cofinancement de 3690 projets dans 165 pays en voie de développement et en transition. Au cours de ces 23 ans, les pays en voie de développement et les pays développés ont contribué à ces fonds afin de fournir le soutien aux activités liées à la biodiversité, le changement climatique, les eaux internationales, la dégradation des terres, les produits chimiques et les résidus dans le cadre des programmes et projets. Pour trouver plus d’informations, veuillez consulter : http://www.thegef.org/gef/node/180

 
   
   

Le Groupe de haut niveau sur l’évaluation mondiale des ressources de la Convention sur la Diversité biologique (CDB) pour la mise en œuvre du Plan stratégique pour la biodiversité 2011 - 2020


Ce groupe de haut niveau a été créé en 2012 dans le but de fournir une évaluation complète des ressources nécessaires pour répondre aux objectifs d’Aichi pour le 2020. Dans sa première phase il a présenté les conclusions de son évaluation globale (base de la connaissance actuelle) lors de la 11eme réunion de la conférence des parties (COP 11), à cette occasion, ce groupe a également présenté toute une série de recommandations sur les travaux futurs qui peuvent aider aux États Parties à financer leurs Plans stratégiques.
Comme conséquence des décisions prises par la COP 11 une deuxième phase du groupe de haut niveau a été mise en œuvre.
Dans cette étape, la composition du groupe a été plus large et travaille en collaboration avec d'autres initiatives pertinentes parmi lesquelles BIOFIN est incluse.
Dans cette étape, une approche " bottom-up " plus globale est appliquée par le groupe, et de cette manière il est chargé : d’identifier les opportunités qui sont les plus rentables à exécuter par des actions qui sont en rapport ou non avec le domaine de la biodiversité, cela permet ainsi d'assurer les avantages pour la biodiversité. Il vise également à examiner les impacts positifs de la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité pour la société et l'utilisation durable, qui sont ou seront le résultat d'investissements et le développement des politiques nécessaires.
Le groupe de haut niveau présentera ses résultats définitifs dans la COP- 12 qui aura lieu en Octobre 2014. Pour plus d'informations consultez le site Web de la CDB.

   
   

TEEB L'économie des écosystèmes et de la biodiversité


L'économie des écosystèmes et de la biodiversité (TEEB) est une initiative mondiale visant à attirer l'attention sur les avantages économiques de la biodiversité, y compris la hausse du coût issue de la perte de biodiversité et de la dégradation des écosystèmes. TEEB présente une approche qui peut aider les décideurs à reconnaître, démontrer et capturer les valeurs des services éco systémiques et de la biodiversité. Voir aussi: http://www.teebweb.org

 
   
   

 

WAVES La comptabilisation de la richesse et l'évaluation des services éco-systémiques


La comptabilisation de la richesse et l'évaluation des services éco-systémiques (WAVES) est un partenariat mondial qui vise à promouvoir le développement durable en veillant que les ressources naturelles soient intégrées dans la planification du développement et dans les comptes économiques nationaux.
Ce partenariat mondial réunit une vaste coalition d’organismes des Nations Unies, des gouvernements, des institutions internationales, des organisations non gouvernementales et des organisations universitaires qui cherchent la mise en œuvre la comptabilité du capital naturel (NCA) dont les normes sont convenues au niveau international, et qui élaborent des approches à d’autres comptes de services éco systémiques .
En travaillant avec les banques centrales et les ministères de la planification et des finances à travers le monde, WAVES cherche à intégrer les ressources naturelles dans la planification du développement par NCA et ainsi permettre une prise de décision plus éclairée qui peut garantir de véritables progrès, une croissance verte, des richesses à long terme et le bien-être humain. Pour plus d’informations, voir aussi: http://www.wavespartnership.org/es